Les 5 clés à connaître pour réussir les photos macro

Les 5 clés à connaître pour réussir les photos macro

On a trouvé sur la roche, une jolie rascasse qui semble tranquillement prendre la pose. On lui tire le portrait, une fois, deux fois et puis elle se retire dans un trou. On ne sait pas bien encore pourquoi mais  les deux photos ne sont pas nettes, comme un bougé, sur l’ordinateur les pixels sont grossiers, il y a un peu de particules et puis ma belle rascasse est un peu perdue dans le décor…Je suis obligée de dire aux copains, mais oui regarde bien, il y a une rascasse là à gauche !!

Poisson scorpion -Canon G12 -Philippines

Poisson scorpion -Canon G12 -Philippines

Vous devez savoir qu’il est assez facile de réussir ses photos sous-marines et de contourner ces problèmes sans changer de matériel photo. Vous n’aurez plus à montrer à vos amis où se trouve le poisson sur l’image. J’essaie depuis le début d’appliquer ces 5 clés et cela a radicalement amélioré mes photos.

Je partage avec vous les 5 clés pour que vos photos sortent du lot !

Clé n°1 – La netteté tu maîtriseras !

On parle ici de netteté du sujet dans son ensemble. Il arrive parfois que juste la nageoire du sujet soit nette et pas l’ensemble de la tête. C’est le problème où juste une infime partie du sujet est nette.

On a déjà discuté de la profondeur de champ dans cet article et elle est essentielle en macrophotographie. Elle correspond à la zone de netteté de votre image. Elle est intiment liée à l’ouverture du diaphragme.

Il faut privilégier une petite ouverture (vers f/22 pour les reflex et f/11 pour les compacts) pour avoir la zone de netteté la plus grande possible en macro.

Vous pouvez utiliser un mode semi-automatique au début, le mode A ou Av : priorité à l’ouverture, permet de définir vous-même l’ouverture. La vitesse sera définie par l’appareil photo pour réaliser une exposition correcte. La limite de ce mode semi-automatique est de se retrouver avec une vitesse trop lente (inférieure à 1/60e).
Faîtes-vous confiance et passez en mode manuel ! Je vous explique ensuite comment choisir le couple vitesse/diaphragme.

Clé n°2 – Vitesse pour la fin du bougé !

Le sujet macro est souvent petit et dès que l’on bouge un tout petit peu au déclenchement, paf ! L’image a une sorte de filé flou et les bords de notre sujets bavent sur les côtes. En mode automatique, l’appareil ne sait pas qu’il est sous l’eau. Et comme la scène est sombre, il essaie de laisser entrer au maximum la lumière ambiante avec une vitesse lente.

Bien que l’on essaie de se stabiliser au mieux sous l’eau  pour prendre des photos, il arrive qu’on aie besoin d’un petit coup de pouce. Je choisis une vitesse d’obturation rapide ,voir très rapide avec un compact,  et je suis sûre que mon sujet est bien figé même si je bouge un peu.

Avec un compact et un flash externe relié avec une fibre optique, jouez avec la vitesse 1/125e , 1/250e (sujet bien figé avec un arrière plan déjà foncé), 1/1000e (l’arrière plan est carrément noir).

On peut dévier de cette règle pour des effets plus créatifs (poisson net et arrière plan flou par ex) mais c’est pas le sujet là maintenant.

Clé n°3 – ISO tu choisiras !

Les pixels dégorgent et sont grossiers, on en veux plus. Stop !

Avec un compact, c’est possible d’obtenir une image de bonne qualité en limitant la sensibilité du capteur.

En macro, déterminez vous même la sensibilité ISO à 100 ou 200. On pourrait monter peut-être à 400 mais un retraitement en post-production peut s’avérer nécessaire pour réduire le bruit.

Clé n°4 – Ton flash tu repositionneras

Une photo macro avec des particules s’explique par 2 choses : soit vous êtes trop loin et/ou votre flash pointe direct sur le sujet.

Le conseil de base en photo sous-marine c’est s’approcher pour réduire la quantité d’eau entre vous et le sujet. Dans cet article, on explique d’ailleurs jusqu’où s’approcher.

Pointer votre flash sur le sujet directement va tristement éclairer toutes les petites particules devant le sujet parce que le faisceau de l’éclair est large. Placer le flash au dessus du caisson , la tête du flash est droite et ne pointe pas sur le sujet. Dans l’article , les 7 erreurs à éviter avec un flash externe,  un diagramme décrit la position du flash externe. C’est un peu la position de base pour commencer. Après on peut se permettre des variantes.

Pendant la plongée, on bouge, nos binômes autour de nous aussi, bref le flash se trouve un peu déplacer. Avant toutes photos, vérifiez la bonne position du flash. 

Clé n°5- Remplir le cadre !

Il est vrai que nos petites bestioles se planquent bien dans le décor pour éviter les prédateurs et rester en vie. Si on est obligé de faire un parcours fléché pour trouver la bestiole sur la photo, ben c’est que notre sujet n’est pas mis en valeur.
On préfère que notre sujet se détache de l’arrière-plan et l’oeil n’est pas distrait par le décor.

C’est possible et ce facilement avec votre compact qui est petit !
– En vous plaçant légèrement en dessous de votre sujet. Vos yeux sont presque à la même hauteur que les siens.
- Remplissez le cadre avec le sujet pour qu’il ne soit pas noyer dans le décor.

Dans cette position , vous pourrez cadrer le sujet vers le haut, c’est à dire vers la surface. C’est pas toujours possible à cause du lieu où habite ces petites bêtes. Mais essayer aussi souvent que possible. Vous allez trouver des angles de vues qui permetteront de capturer de jolis portraits de poissons sans avoir un arrière plan qui distrait l’oeil.

Essayez avec un petit oursin tout simplement !

 

Alors vous avez déjà essayé d’appliquer ces clés ? Partagez votre expérience avec les autres lecteurs en laissant un commentaire grâce au formulaire ci-dessous.

 

 

Comments

  1. Aries says

    Bonjour Claire,
    En tant que novice, j’ai besoin qu’on éclaire ma lanterne ou flash…
    Petite ouverture = grande profondeur de champ (grande vitesse ok à cause du bouger)
    mais comme on est près du sujet il ne faudrait pas réduire cette profondeur de champ?
    Merci

    • claire formule says

      Bonjour Aries, merci de ta question ! Cela mérite d’être éclaircie !
      En macro, PdC dépend principalement de 2 facteurs : ouverture et la magnification. Quelque soit l’ouverture, plus la magnification est grande et plus la PdC est petite. Cela explique pourquoi la PdC est si petite en macro. Par exemple, quand tu photographies un petit sujet, et tu t’en approches tellement pour qu’il remplisse le cadre, la projection de la petite bête sur ton capteur est x fois plus grande que la taille réelle. Il y a une telle magnification que la zone de netteté est étroite, on doit fermer le diaph vers F/8 pour contre-balancer ce problème. Avec ton compact, fais le test au sec, une photo macro avec F/4.0 et F/8.0. Pour aller plus loin, le problème de PdC en macro est encore plus marquée avec un reflex équipé d’un téléobjectif (105mm per ex), on est amené à fermer le diaph jusque F/20 – F/22 pour avoir une zone de netteté décente.
      D’un point de vue artistique, si tu veux avoir une bande nette juste sur les yeux de la bête, cela a du sens d’ouvrir un peu le diaphragme. Cela demande de faire la mise au point exactement sur les yeux.

  2. Aries says

    Merci Claire, j’y vois de plus en plus net…
    D’où passer en mode manuel pour pouvoir régler une grande vitesse. Je teste ce soir.
    A la prochaine question.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *