Faire confiance à son flash ! Décryptage du S-TTL

Décryptage du S-TTL

Tournez la molette du flash externe sur S-TTL ou DS-TTL et hop ! Fini le réglage manuel du flash !  Mais qu’en est-il vraiment ?

TTL Flash

Le TTL (de l’anglais «Through The Lens», à travers l’objectif) indique qu’un capteur dans l’appareil va analyser la quantité de lumière nécessaire à la bonne exposition. Concrètement le capteur TTL mesure la lumière provenant de la scène et décide quand il y a assez de lumière en fonction de la sensibilité ISO. Il signale au flash d’arrêter l’éclair.

Mais saviez vous qu’il y avait un pré-éclair ?

Les appareils photo numériques sont aujourd’hui, en règle générale, équipés d’un système de commande de flash TTL avancé, qui estime à l’aide de pré-éclairs la quantité de lumière nécessaire pour la prise. Les pré-éclairs permettent à l’appareil de calculer la lumière réfléchie par le sujet en mesurant l’exposition via l’objectif (d’où TTL=par la lentille). En fonction de cette mesure, l’appareil détermine la quantité de lumière de l’éclair principal suivant pour l’exposition de la photo elle-même.

S-TTL, DS-TTL

Si vous avez un flash externe, vous avez dû remarquer la notation S-TTL (Inon) et DS-TTL 2 (Sea and Sea). Je vais être honnête, jusqu’à présent je ne m’étais jamais intéressée au mode automatique S-TTL peut-être parce que la lecture des 2 manuels utilisateurs me rebutaient un peu. Inon communique largement au sujet du S-TTL à la différence de Sea and Sea. Ce que je vous explique ici se base sur les explications de INON. Les 2 marques utilisent à peu près la même technique même s’il y a certainement des sophistications chez Sea and Sea. Mais ce n’est pas vraiment ce qui m’intéresse ici alors je resterais généraliste. S-TTL veut dire Synchronisation TTL par fibre optique (de l’anglais «Optical Synch TTL»).  Le S-TTL permet à notre flash externe d’utiliser le capteur TTL de l’APN. En pratique, notre flash externe va utiliser le signal du flash interne pour déterminer la puissance de l’éclair à fournir. Gardez en tête que cette mesure est indépendante des choix de vitesse et d’ouverture du diaphragme.

Le S-TTL en 5 étapes

 

  1.  L’APN doit être en mode flash forcé
  2. Connection – Le flash externe est relié à l’appareil par une fibre optique. Elle est fixée d’un côté devant le flash interne par un dispositif quelconque (Velcro, prise type Sea and Sea…) qui doit en principe en masquer l’éclair. De l’autre côté, sur le flash externe, la fibre vient se fixer sur un ergo qui contient une cellule photoélectrique.
  3. Pré-éclair – Le pré-éclair de l’APN est transmis à travers la fibre au flash externe et ce dernier émet aussi simultanément un pré-éclair. Quand l’appareil déclenche son pré-éclair, c’est en fait le flash déporté, considérablement plus puissant dont la lumière est analysée.
  4. Mesure TTL  – La lumière réfléchie par le sujet est mesurée par le capteur TTL de l’APN et celui-ci détermine la puissance adaptée  pour une exposition correcte. Enfin, le flash interne émet l’éclair principal, ce signal est à son tour transmis au flash externe et ce dernier émet l’éclair principal.
  5. La puissance du flash en mode S- TTL peut être affinée selon l’exposition souhaitée.

 

A gauche, le pré éclair et à droite l’éclair principal – Source : INON

SEXY non ?

Dans le meilleur des mondes, le capteur reçoit une quantité suffisante de lumière et l’appareil va couper l’éclair du flash avant d’atteindre la décharge maximale.

Une confiance pas aveugle

  • Le capteur TTL de l’appareil n’est pas très performant. Tout ce qu’il sait c’est combien de lumière il voit. Il fait la moyenne de toutes les lumières qu’il perçoit peu importe la zone du capteur, au centre ou derrière le sujet…Par exemple, si l’arrière-plan est très clair, le capteur TTL coupera l’éclair de votre flash trop tôt parce que l’arrière plan le trompe.  Le premier plan manquera de couleurs.

Si le sujet couvre au moins 50% du cadre, le TTL peut donner de bons résultats.

 

  • Si une scène requiert la puissance maximale du flash externe selon la mesure TTL, il se peut que la photo soit sous-exposée. C’est bien bête mais le TTL ne fait pas tout ! La mesure TTL est indépendante des choix de vitesse et d’ouverture du diaphragme. Il vous faudra choisir une ouverture assez grande pour laisser passer assez de lumière. Un flash externe avec un petit nombre guide demande souvent d’ouvrir assez grand le diaphragme.

TTL et la photo grand angle

En grand angle, il faut balancer la lumière ambiante de l’arrière plan avec le premier plan éclairé par le flash. Il est rare que le premier plan occupe 50% du cadre et il est souvent décentré (relire l’article sur la composition). Il est préférable de passer en mode manuel pour éviter une sur-exposition du premier plan.

  En résumé, le S-TTL est plutôt recommandé pour faire de la macro ou le portrait de poisson. Pour bien débuter, on privilégie souvent la macro ou la photo de poisson, comme expliqué dans mon guide gratuit. Il est souhaitable de s’affranchir du réglage manuel du flash dans un premier temps.

Et vous, comment vous utilisez le flash externe ? Déjà essayé le S-TTL ? Laissez un commentaire :)